Métaphore : La colline aux sept couleurs

Métaphore : La colline aux sept couleurs

Il est un exercice en Programmation Neuro Linguistique qui consiste à imaginer une histoire pour une personne dans le but de lui ouvrir les portes d’un monde infiniment grand de possibilités et emplit de magie. La puissance des métaphores est telle que celui qui reçoit ces mots se lance sur les traces du héros qui a été imaginé pour lui.

Nous vous partageons les oeuvres écrites par les participants de nos formations de praticien PNL, de vrais bijoux de créativité et de bienveillance.

« C’était dans un petit village lointain, entouré d’un désert et de villages parsemés ici et là. Quelques kilomètres pouvez en séparer certains puis d’autres étaient accolés. Le désert était riche de ses couleurs. Les nuances apportaient une certaine chaleur au paysage, voire même de la fantaisie, et on pouvait y voir au loin « La colline aux 7 couleurs ». Quel lieu spécifique et magnifique. Là-bas, la nature y était insouciante, elle osait. Elle osait se mettre à nue et se libérer, se dévoiler telle une fleur qui éclot. C’était le lieu du bonheur et de tous les possibles. Chacun y venait lors des passages importants de la vie. « La colline aux 7 couleurs » était porteuse de la Belle-Parole. Chacun venait y illuminer ses ressources pour les faire briller pour ensuite continuer son chemin. Mais seul le grand sage du village y autorisait l’accès.

Dans ce petit village, vivait un être merveilleux, d’une beauté douce et légendaire. En grandissant, il avait omis par insouciance de se rendre sur « La colline aux 7 couleurs ». N’ayant pas formulé sa demande auprès du grand sage, son accès y était désormais interdit. Il avait donc poursuivi son chemin sans lumière. Il n’en restait pas moins chaleureux, gai, aimant et ouvert aux autres. Mais il manquait de fantaisie, et cela l’attristait. Cet être rigoureux, sérieux, mettait tout en place pour réussir sa vie…, et wouah… il réussissait. Il était incroyable. Grand de ses succès et de ses réussites sa vie avançait à grands pas.

En hiver, plus qu’à la belle saison, la crainte se faisait ressentir chez cet être. Inquiet et soucieux il décida d’aller voir le grand sage du village. Il lui fit part de ses inquiétudes, de ses doutes, de sa manière de tout interroger et de tout remettre en question. Il exprima son habitude de ne pas donner de poids au positif qui lui arrivait et même de n’accorder que peu d’importance aux paroles positives que les autres lui exprimaient. Cela le rendait tellement malheureux qu’il devenait négatif et marchait la tête baissée vers le sol. Les matins dès le lever, la fatigue se faisait sentir, il râlait de plus en plus. Il avait le sentiment de passer à côté de sa vie.

Stupéfait, ébahi, le grand sage n’en croyait pas ses oreilles. Il aida alors ce petit être extraordinaire à organiser un voyage vers « La colline aux 7 couleurs ». Ils rédigèrent ensemble la liste des choses à prendre pour le voyage. Puis, il demanda à cet être de prendre du temps pour lui et de prendre soin de lui en nourrissant son esprit de beaux souvenirs et son corps d’activités revigorantes. Une fois cela bien réalisé, il aurait alors l’autorisation du grand sage
pour aller à la rencontre de « La colline aux 7 couleurs ». L’être merveilleux, reparti, stressé, interrogatif mais enchanté. Il prépara avec soin ses affaires et pris soin de son âme et de son corps.

Après une longue préparation hivernale, le soleil se montra. Le printemps arrivait à grands pas. Les bourgeons se montraient sur chaque fleur, les arbres se déployaient, les oiseaux sortaient le bec de leur nid, les nuages partaient en voyage pour laisser place au soleil. C’est alors que le grand sage autorisa cet être prêt à s’ouvrir à poursuivre sa route vers la colline. La traversée fut longue, il était pressé de découvrir la merveilleuse diseuse de Belle-Parole.

En arrivant, il fut ébloui par la lumière et ses couleurs pleines de fantaisies. Il ressenti d’abord une plénitude totale et de la légèreté dans tout son être. Il en était rempli, cela se dissipait dans tout son corps. C’était le calme intérieur. Il entendit alors le chant des oiseaux sous le ciel bleu et photographia cela dans sa mémoire. Rempli de cette sensation, il continua d’avancer. Soudain, l’excitation l’envahi, sa tête puis son corps se mirent à fourmiller. Une voix intérieure lui parlait, et un mot tournait en boucle… flexibilité, flexibilité, flexibilité, tel un écho dans la montagne. Il se sentait à sa place, curieusement ses jambes bougeaient toutes seules, il avait chaud et était impatient. C’était comme si l’insouciance contrôlait son corps, il se sentait tout petit comme un enfant. Il se laissa guider par ses envies et il fit ce qu’il voulut faire, oui, ce qu’il voulut faire : égayer sa vie et rendre son quotidien magnifique.

Enfin, il arriva au pied de « La colline aux 7 couleurs », les images et sensations qu’il venait de vivre se répétaient inlassablement dans sa tête. A ce moment-là, « La colline aux 7 couleurs » s’ouvrit et lui dit : « VA, VIT et DEVIENT bel être. », et la lumière l’illumina. ».

Retrouvez d’autres histoires enchantées très vite sur notre blog.

Partagez cet article

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin